Livres récents: Voyage au pays des Ouïghours

Chine: 8 Ouïghours musulmans condamnés à mort PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Jeudi, 11 Décembre 2014 10:56

Les mois se succèdent et les tensions sont toujours aussi vives dans la région autonome ouïghour  de la République Populaire de Chine. A la suite des événements sanglants du mois d’avril et de mai de cette année, le tribunal intermédiaire de la capitale provinciale d’Urumqi vient de prononcer huit condamnations à mort pour 8 ouïghours suspectées […]

Les mois se succèdent et les tensions sont toujours aussi vives dans la région autonome ouïghour  de la République Populaire de Chine. A la suite des événements sanglants du mois d’avril et de mai de cette année, le tribunal intermédiaire de la capitale provinciale d’Urumqi vient de prononcer huit condamnations à mort pour 8 ouïghours suspectées de terrorisme.

D’après la télévision d’état chinoise CCTV, Urumqi a été le théâtre durant le printemps dernier «d’attaques terroristes» ayant entraîné la mort de plusieurs dizaines de chinois Hun et plus d’une centaine de blessés. L’une des attaques s’est déroulée le dernier jour de la visite du président Xi Jinping dans la région.

Ainsi depuis le mois de juin, le nombre de condamnations à mort s’élève désormais à plus de 50, témoignant de la répression qui s’abat sur la province autonome musulmane.

Xinjiang peuplée par l’ethnie  ouïghour majoritairement musulmane revêt un enjeu national stratégique: c’est une vaste région située à l’extrême Ouest de la Chine qui regorge de ressources minérales convoitées par Pékin.

Depuis plusieurs années, des organisations de défense des droits de l’homme dénoncent la politique du pouvoir central chinois envers cette minorité. En effet, la discrimination et les restrictions des droits et des  pratiques religieuses de la population locale favoriseraient l’émergence du sentiment d’injustice et de révolte.

Pourtant, Pékin se défend en évoquant les efforts consentis pour le développement économique de la province autonome et indique que la communauté ouïghour fait partie des 56 minorités ethniques reconnues par le gouvernement chinois.

Néanmoins les événements de cet été, avec notamment la répression des populations en plein mois de ramadan, ont plongé le Xinjiang dans un cycle de violence inquiétant. L’accès à la province est restreint et les organisations non gouvernementales dénoncent l’impossibilité d’accéder à des informations fiables et indépendantes.

Le porte parole du Congrès Mondial Ouïghour en exil, Dilxat Raxit, estime dans un communiqué adressé à l’AFP, qu’il est «fondamentalement impossible pour les accusés à morts de se défendre équitablement». D’autre part, l’emprisonnement à vie de l’universitaire de renom, Ilhan Tohti et de plusieurs de ses élèves a entraîné une vague d’indignation aux États-Unis et en Europe. Cependant, ces protestations n’ont à ce jour aucun effet sur la politique chinoise décriée en cours au Xinjiang.

Qu’Allah apporte l’aide et le soutien à ces populations musulmanes qui tiennent à leur religion comme à leur vie. Qu’Il leur donne la patience et le courage pour surmonter ces épreuves. Ces minorités sont des exemples de courage et de perséverance dans des pays ou la liberté de culte et de conscience n’est pas acquise. Cela nous fait relativiser sur la situation de la communauté musulmane en France bien envieuse compare à la leur.

 

source: http://www.ajib.fr/2014/12/chine-8-ouighours-musulmans-condamnes-a-mort/

 

Mise à jour le Jeudi, 11 Décembre 2014 11:03